Hagakure sur Google Ads : prenez de l’avance sur vos concurrents grâce aux structures japonaises

Depuis le lancement de Google Ads, les structures de comptes se sont complexifiées au cours des années. Un compte bien structuré comprenait des dizaines (voire centaines) de campagnes et des milliers de groupes d’annonces. On avait alors pour objectif de capter tous les champs sémantiques possibles et d’avoir des annonces correspondant exactement à la requête de l’internaute.

Ces structures étaient très adaptées à l’écosystème Google il y a quelques années, mais ne le sont plus aujourd’hui. En effet, ces structures comportent beaucoup de mots-clés en “low search volume”. Le système manque donc de signaux pour bien faire fonctionner les stratégies d’enchères automatisées (CPA cible, ROAS cible, maximiser les conversions).

Aujourd’hui, Google développe des solutions de Machine Learning et automatisation qui demandent d’avoir d’importants volumes de données. Il est donc nécessaire de regrouper sa structure afin de maximiser l’efficacité des algorithmes. Ces nouvelles solutions permettent de revenir à des structures de comptes beaucoup plus simples mais qui maximisent les objectifs business.

C’est dans ce contexte que chez Effilab nous avons été une des premières agences françaises à être formées sur la structure japonaise et à l’appliquer sur des clients.

“Hagakure”, ou la structure japonaise, mais qu’est-ce que c’est ?

La structure japonaise est tout simplement une structure simplifiée d’un compte AdWords complexe. Ce nouveau type de structure vient du Japon et a été importé il y a quelques mois en France.

Les experts Google se sont rendu compte qu’il fallait simplifier les structures des comptes AdWords afin que l’automatisation (qu’ils favorisent de plus en plus) optimise au mieux les campagnes.

Hagakure AdWords

La structure japonaise repose sur l’automatisation des enchères et les DSA (Dynamic Search Ads).

Voici les caractéristiques d’une structure japonaise :

  • Une URL par groupe d’annonces : on regroupe tous les mots-clés liés à une URL au sein d’un même groupe d’annonces afin de maximiser les signaux.
  • On conserve seulement les URL avec du volume, regroupées en groupes d’annonces sous des campagnes correspondant à des catégories de produits formant un ensemble cohérent.
  • Création de groupes d’annonces DSA selon les catégories au sein des campagnes pour capter les requêtes avec moins de volume.
  • Travail des annonces selon les audiences (fonctions IF), avec des personnalisateurs d’annonces ou des balises keywords afin d’avoir les annonces les plus pertinentes possibles.

Comment optimiser votre structure japonaise sur AdWords ?

Google estime qu’une URL est optimale pour l’automatisation et le Machine Learning à partir de 1 000 impressions par semaine. Sachant qu’un groupe d’annonces comprend 3 annonces, une URL a assez de volume à partir de 3 000 impressions par semaine, soit 12 000 impressions par mois.

Afin de créer votre nouvelle structure optimisée, nous vous conseillons donc :

  • D’extraire les URL en ligne de votre compte via le rapport des pages de destination
  • Compter la somme des impressions par mois de ces URL et le nombre de groupe d’annonces dans lesquels elles sont présentes
  • Garder les URL avec plus de 12 000 impressions sur les 30 derniers jours

Exemple avec un extract des URL sur les 30 derniers jours pour un compte :

structure japonaise

Construisez votre nouvelle structure à partir de ces URL avec plus de 12 000 impressions.

Nous vous conseillons de garder une campagne Marque classique ainsi qu’une campagne DSA classique (en excluant bien les catégories ciblées par des groupes d’annonces DSA présents au sein des autres campagnes ) à côté de cette nouvelle structure afin de capter toutes les requêtes des internautes.

Attention tout de même à conserver une structure qui ait du sens pour l’entreprise. Les minimums de volumes à respecter pour un fonctionnement optimal des enchères automatisées ne doivent pas pour autant faire oublier les contraintes business et les enjeux stratégiques sous-jacents aux campagnes d’acquisition.

Les avantages de la structure japonaise :

  • Une gestion de compte plus adaptée pour répondre à vos enjeux business
  • Des stratégies d’enchères plus efficientes
  • Une structure orientée sur les URL les plus intéressantes et qui ne néglige pas pour autant la longue traîne
  • Plus de temps pour réaliser des analyses poussées
  • Et donc vous pouvez vous concentrer sur les objectifs de votre entreprise (marge, chiffres d’affaires ou ventes) plutôt que sur de l’opérationnel

Si vous avez des questions sur cette structure, nos experts Effilab seront ravis d’y répondre ici.

Casilda Baschet A propos de l'auteur

Expert SEA - SMO l Team Leader chez Effilab